La thrombose

En quelques chiffres

La maladie thromboembolique veineuse (phlébite, embolie pulmonaire) reste la 3ème cause de décès dans les pays développés, après les accidents cérébraux/cardiaques et les cancers. Mais peu de personnes connaissent les situations à risque et les moyens de prévention.

Thrombose : 150000 nouveaux cas par anTous les ans, environ 1 personne sur 1000 présente une thrombose veineuse.
Soit 150 000 nouveaux cas par an en France.

Thrombose : 1 personne sur 101 personne sur 10 souffrant d’embolie pulmonaire risquerait le décès en l’absence de traitement.

Thrombose : 1 chirurgie lourde sur 3 et 1 grossesse sur 10001 chirurgie lourde sur 3 et 1 grossesse sur 1000 risquent de se compliquer sans prévention adéquate de la thrombose.

Evaluez votre risque de thrombose

La maladie thromboembolique veineuse est un terme médical qui correspond à la formation d’un caillot sanguin dans une veine, le plus souvent au niveau des jambes, appelée « phlébite ou thrombose veineuse profonde » qui peut, dans certaines circonstances, se détacher et se loger secondairement au niveau de l’artère pulmonaire appelé alors « embolie pulmonaire ».
Les opérations chirurgicales et toutes circonstances provoquant l’immobilisation d’un sujet augmentent le risque de thrombose veineuse.

Les signes cliniques

Une phlébite ou embolie pulmonaire peut survenir sans aucun signe clinique mais dans la plupart des cas, on peut observer les signes suivants (liste non exhaustive).

PHLÉBITE

  • Douleur inexpliquée (le plus souvent au niveau d’une jambe)
  • Gonflement inexpliqué d’une jambe
  • Rougeur
  • Chaleur localisée

EMBOLIE PULMONAIRE

  • Éssoufflement inexpliqué
  • Douleur dans la poitrine
  • Le cœur qui bat anormalement vite
  • Malaise
  • Cracher du sang

Dans le doute, consultez votre médecin.

Un meilleur retour veineux suppose un moindre risque de thrombose !

Dans la vie de tous les jours, il existe des moyens simples de lutte contre le risque de thrombose veineuse. Une prévention efficace inclut la lutte contre l’obésité, la lutte contre la sédentarité et une bonne connaissance des situations à risque.

  • La marche :
    C’est la technique de prévention la plus efficace et la moins chère. L’incidence de thromboses veineuses est de l’ordre de 2% chez les patients hospitalisés capables de marcher dans les couloirs contre 12,5% chez les patients alités.
  • Les exercices musculaires :
    Il s’agit de mouvements des chevilles accélérant le retour veineux. Leur efficacité sur l’accélération du retour veineux est incontestable.
  • Surélévation des jambes :
    Une surélévation des jambes de 20 à 30 degrés active la circulation de retour. Attention : un examen cardiaque et l’élimination d’une artériopathie des membres inférieurs sont indispensables avant d’envisager cette installation. Demandez l’avis à votre médecin.
  • Compression veineuse :
    Dans des situations qui augmentent particulièrement le risque de thrombose comme certaines chirurgies, le port d’un plâtre ou d’une attelle…, un traitement préventif par anticoagulants peut être nécessaire.
    Parlez-en avec votre médecin.

thrombose prévention